Vous êtes ici » Accueil » Actualités » 2018

8 octobre 2018

Quelle belle fête des sagnes !!!

ce samedi 6 octobre à Lasfaillades !

Sous un grand soleil d’automne, une foule nombreuse et joyeuse s’en est allée à la découverte des sagnes et forêts de la commune de Lasfaillades.

Encore une fois les sagnes ont réussi leur coup, réunir des gens qui sans elles ne se seraient peut-être jamais croisés. Tous heureux de partager une belle journée de balade dans les paysages magnifiques du plateau de Lasfaillades. Paysages largement dessinés par un homme visionnaire du XIXe siècle, Gaston Cormouls-Houles qui avait décidé de mettre en valeur ce plateau déshérité. La forêt y a prospéré sur les terres les moins productives, et les prés arrosés ont donné les premiers ensilages. Quant aux sagnes, elles sont toujours là, précieuses gardiennes de l’eau.
Didier Mouret, éleveur de Lasfaillades, prend soin de sa sagne dans laquelle il conduit la foule. Après quelques explications, une fée bleue fait lecture, devant la foule captivée, des pensées d’une veille dame de 5000 ans, texte extrait de « La langue des sagnes », ouvrage qui vient de paraître.
La foule poursuit sa balade. Brigitte Pailhe Fernandez, maire de Lasfaillades, présente l’aménagement du sentier fait en mémoire des Compagnons de la Libération, cachés dans ces forêts pendant la Résistance. Plus loin Sabine Frack, descendante de Gaston Cormouls, raconte comment la forêt est entretenue depuis des générations par sa famille et la famille Brenac, régisseur du domaine de père en fils depuis plusieurs générations. Puis c’est le gouter sous les séquoias géants en écoutant le texte de Giono « L’homme qui plantait des arbres »
Une journée magique, sous le regard sage des sagnes et des grands arbres. Une fête qui évidemment se termine dans la convivialité d’un repas partagé dans la grange, cette année chez Didier et Jeanne Marie Mouret. Et en cadeau pour bien terminer la journée, la pluie ! La pluie tant attendue par la nature assoiffée et qui remplit de joie tous les participants de cette journée pas comme les autres. Une sacrée fête des sagnes !

©photos Aude Lemarchand

D'autres actualités...

10 septembre 2018
Fête des sagnes et sortie des livres de la rentrée

Deux livres pour raconter la saga du Réseau Sagne,
Une Fête des sagnes dans les bois, entre nature et littérature

Ces livres sortiront officiellement le 6 Octobre à l’occasion de la Fête des sagnes, à Lasfaillades.
Cliquez sur la vignette pour voir l’invitation :JPEG
Vous pouvez les commander d’ores et déjà au tarif promotionnelet venir les récupérer à la Fête des sagnes à Lasfaillades (81260). Nous pouvons aussi vous les envoyer.
En savoir plus...
Passer commande en ligne


En savoir plus...
Demandez le programme
S’inscrire pour le repas : contact@rhizobiome.coop ou 06 88 91 64 48

6 septembre 2018
Les livres de la rentrée 2018

CAMPAGNE DE SOUSCRIPTION

Rhizobiòme présente :

  • LA LANGUE DES SAGNES, ainsi s’écoule l’eau de ma terre - Récit qui raconte les 20 ans d’aventure autour de ces fameuses sagnes, ces zones humides si incroyables qu’elles en transfroment les hommes et femmes qui se prennent à les aimer. Une histoire d’écologie souriante.

Fiche résumé.....

___

  • L’EAU DE MA TERRE, invitation au voyage en terre de sagnes - Livre-photos, témoignage en quelques image du visage des amoureux des sagnes.

Fiche résumé.....

SORTIE OFFICIELLE le 6 octobre 2018 à l’occasion de la Fête des sagnes à Lasfaillades (Programme de la Fête des sagnes ici)

La soucription s’achève le 31/10/2018.
A compter de cette date vous pouvez commander vos ouvrages en vous rendant sur la rubrique"commandez en ligne"

Pour toutes questions particulières, nous contacter ici : contact@rhizobiome.coop - 06 88 91 64 48

31 août 2018
... le dénouement de la saga de l’été

Chouette...de quoi lire pour la rentrée !


Ces petits détours tout sourire sur le chemin de l’été pour vous présenter en cette rentrée deux productions de Rhizobiòme :

  • LA LANGUE DES SAGNES, ainsi s’écoule l’eau de ma terre - Récit qui raconte les 20 ans d’aventure autour de ces fameuses sagnes, ces zones humides si incroyables qu’elles en transfroment les hommes et femmes qui se prennent à les aimer. Une histoire d’écologie souriante.

Fiche résumé.....

___

  • L’EAU DE MA TERRE, invitation au voyage en terre de sagnes - Livre-photos, témoignage en quelques image du visage des amoureux des sagnes.

Fiche résumé.....

Nous ne vous en dirons pas plus, nous vous passons ici le relais. Bon voyage et bonne lecture !

SORTIE OFFICIELLE LE 6 OCTOBRE 2018 à 19h à l’occasion de la Fête des sagnes à Lasfaillades (Programme de la Fête des sagnes ici)

SOUSCRIPTION EN AVANT PREMIÈRE À PRIX D’AMI.
Bulletin de souscription à télécharger ici.

Bon de commande au format Word
Bon de commande au format pdf

Pour toutes questions particulières, nous contacter ici : contact@rhizobiome.coop - 06 88 91 64 48

8 août 2018
Episode 3 - Plus on avance.... plus on se perd

On a quitté la grand route et pris le petit chemin dans le bois. Les yeux doivent s’habituer à l’obscurité nouvelle. Là dans l’ombre fraiche, peut-être y verrons-nous mieux.

« La sagne c’est pas compliqué,
Tu fais trois pas,
Tu tombes deux fois
Et puis tu repars
La vie, quoi »

Tribunal de Castres : l’affaire « sagnes »

Un petit homme rondouillet au crane dégarni commence la lecture :

« La sagne, comparaissant dans ce tribunal, est accusée, de par son comportement réfractaire et hostile à tout progrès économique et social, de porter gravement préjudice au développement du territoire des Monts de Lacaune. Elle entrave toute démarche d’amélioration foncière qui permettrait le développement d’une agriculture et d’une sylviculture modernes, permettant aux populations locales de vivre plus confortablement. Elle confisque de larges surfaces foncières, qui de fait sont exclues des programmes de développement intégré des Monts de Lacaune. Par ailleurs, elle constitue des espaces de refuge pour les éléments subversifs, les microbes et bactéries susceptibles de développer chez l’homme nombre de maladies graves.
Le Ministère du Progrès, face à une attitude d’obstruction systématique à tout progrès technologique indispensable au développement de ce territoire rural, et face à la menace sanitaire que représente ces espaces insalubres, demande à ce que la sagne soit condamnée à la déchéance de ses droits civiques pour comportement déloyal et dangereux vis-à-vis des populations locales. Il exige par voie de conséquence l’application immédiate de la loi de développement rural prévoyant le drainage massif des espaces insalubres sur le territoire des Monts de Lacaune. »
...



Les pensées d’une vieille dame de 5000 ans

...Regardez-les comme ils se chamaillent à cause de moi. Qui auraient cru que je puisse faire l’objet d’un tel affrontement ? Moi dans un tribunal ! Moi une vieille dame de 5000 ans, je dérange encore. Je devrais trouver ça très flatteur, mais au fond ça me rend triste. Je suis née ici il y a bien longtemps et nous avons grandi ensemble. Je les ai vus tous ces hommes s’installer sur ces montagnes. D’abord pour y chasser et y cueillir de quoi survivre, et puis s’y installer définitivement. C’est d’ailleurs là que tout a vraiment commencé pour moi.

Je me suis installée dans des petits creux confortables du relief. Ici la pierre est dure et imperméable, alors l’eau reste dans les creux et ne s’infiltre pas, et ça, ça me plait. Le matelas rocheux sur lequel je m’étale est vraiment ancien. Il a ce parfum délicieux que j’adore, ce petit gout d’acide qu’il a remonté des entrailles de la terre. Granite ou gneiss, je le savoure. Ces petits creux humides et acides n’attendaient que moi. Je suis née là. Et quand les hommes ont commencé à couper les arbres, ouvrir les forêts pour faire des champs, mettre de la lumière dans les petits creux froids et humides, j’ai commencé à grandir. La grande majorité des plantes d’ici n’apprécient guère avoir les pieds dans l’eau froide. Mais il en est certaines, parfois venues de loin, qui ont trouvé là leur bonheur. Des petites plantes qui supportent avec délectation ces conditions que les autres fuient. Il faut être un peu original, en ces terres du midi, pour apprécier de tels lieux. Ou bien venir de loin. Loin dans le temps. Quand le climat s’est réchauffé il ne restait plus que ces petits trous froids pour celles qui ont besoin d’avoir les pieds dans l’eau. Elles sont restées là. Loin dans l’espace. Le vent peut porter les graines depuis très loin, depuis des contrées plus mouillées et plus froides et c’est chez moi qu’elles trouvent leur refuge, en ce pays chaud. Et toutes ces belles ont fait leur vie ici, et se sont éteintes de leur belle mort pour se déposer dans mon ventre plein d’eau acide et froide. Au début, à l’air libre, leur petit corps a commencé à se décomposer, puis s’est enfoncé dans l’eau. Nul insecte, nulle bactérie, nul champignon n’est alors venu digérer ces restes de carbone éteint, pour la bonne raison qu’ici, il n’y a pas d’oxygène. Les petits corps de plantes sont restés là, en l’état, fossilisés, ils se sont accumulés. Lentement. Très lentement. Et peu à peu, dans cet inexorable mouvement, mon corps a pris forme. Ma chair est faite de cette matière accumulée depuis 5000 ans et que les hommes appellent « tourbe ». Me voilà baptisée du joli nom de « tourbière ».
Et elle en sait, elle en sait des histoires ma chair de tourbe.

Mais que s’est-il passé entre vous et moi ? ...

....alors ? vous suivez toujours ?



les épisodes précédents, cliquez ici et allez voir en bas de page

26 juillet 2018
Episode 2 - Où on va ?

La balade continue, sur la route qui sinue....


« Sous l’herbe sèche
Sentiers secrets de l’eau
Vivant avenir »


En terre occitane, le lieu mouillé c’est la « sanha ». Les spécialistes eux vous diront tourbières ou prairies humides. Mais c’est là du jargon de scientifique. Pour tout le monde ici, là où il faut mettre les bottes, on dit « sagne ». ...

... Et c’est ici, que nous ferons notre halte. Dans ces marges intérieures, ces recoins insoupçonnés où se tapissent des théâtres miniatures d’un esprit réfractaire à toute simplification. Gare à celui qui croit tout comprendre, qui veut tout expliquer simplement, il va trouver ici un os. A l’image de ce pays, les sagnes ne se donnent pas avec aisance. Il faut s’en faire apprivoiser.
Ni terre, ni eau, ces lieux sont à nul autre pareil. Ici l’eau est cachée. Elle œuvre sans bruit, et vous travaille du dedans. Ici sourd la mémoire profonde du pays. Mais vous ne le verrez pas. Vous ne comprendrez pas. Pas tout de suite du moins. ...

C’est ici enfin que commence notre histoire, en terre de « sagnes ».

- Mais vous êtes tout mouillé, dit le vieux.
- Ben oui, c’est trempé là bas dessous, vous m’avez bien eu, dit-il en riant, mais c’est pas grave, j’ai trouvé mon bonheur. Elle est vraiment belle votre sagne.

La jeune fille se tourne vers le vieil homme,
- Mais vous aviez dit qu’il ne fallait pas de bottes.
- Ben oui, dans le pré c’est sec.
- Je suis allé un peu plus bas, sur le côté.
- Ah oui…, répond-il hésitant. Mais là… on n’y va pas là !

La jeune fille éclate de rire :
- Ah oui, évidemment, on n’y va pas là, et c’est justement là où il veut aller, lui.


à suivre...

5 juillet 2018
Episode 1 - En route pour le feuilleton de l’été 2018....

Chers amis des sagnes,

Pour le plaisir d’une fantaisie estivale, nous vous invitons à nous suivre, le temps d’une errance tranquille au fil de l’eau...
Vous savez combien nous aimons les chemins de traverse, alors... prêts à nous accompagner ?

Ça pourrait commencer par ... « Il était une fois... »

... de petits cailloux semés sur le chemin

« Pas une goutte d’eau depuis trois mois. La chaleur étouffante de ce début d’après-midi pèse comme un couvercle sur la montagne grillée, en proie à la torpeur d’une sieste pesante. Les plantations de conifères se déploient en vastes taches vert sombre dans le paysage figé. Rien ne bouge. Pas un souffle d’air. Même ici dans la montagne. Trop chaud. Trop lourd. Quelle idée de sortir par une chaleur pareille ! Je rêve d’une maison fraiche aux larges murs, aux volets clos, et me voilà dans la fournaise à suivre un homme qui marche devant moi, le pas assuré. Il sait où il va. »
Pourquoi l’orage n’éclate-t-il pas ? Pas un nuage en vue. L’air me manque. Les vastes étendues d’épicéas ne parviennent pas à rafraichir l’atmosphère. Leur ombre offre un instant d’apaisement, mais la chaleur monte de la terre brulante.

Je marche, je ne sais trop comment. Mouvements d’automate. Il se retourne, et me sourit « courage, on y est presque ». Son pas est vif. On quitte le chemin en plein soleil pour s’enfoncer dans une plantation très dense de jeunes épicéas. Je crois faire le sanglier. Baisser la tête, avancer droit devant, ouvrir le passage dans la jungle de ces branches basses décharnées. Le sous-bois est couvert d’aiguilles. Pas une herbe. Il faut lever la tête pour deviner tout là haut, un petit filet de lumière. Cet endroit me fait peur. Sortir. Sortir d’ici vite. »

... qui sait où ils nous conduiront ?

à suivre...

5 avril 2018
26 avril 2018 - Journée "Aspects culturels des Tourbières" au Soulié (34)

Jeudi 26 Avril 2018, le Pôle relais Tourbières de France organise une rencontre sur les "Aspects culturels des Tourbières"

Cette rencontre a lieu au Moulin de Vergougnac sur la commune du Soulié (34), de 9h à 17h.

Elle s’adresse à toute personne intéressée par les liens entre les milieux naturels "tourbières" et la culture locale des territoires.

Les tourbières, milieux naturels remarquables, s’inscrivent également dans des territoires, des paysages, et participent de la culture locale.
Comment retrouver ou redonner une place vivante à ces espaces longtemps délaissés, dans la culture locale, et mobiliser les populations autour de ce patrimoine ? Tel est le thème de la journée d’échanges proposée par le Pôle relais Tourbières.

Cette journée est ouverte à tous, mais les places sont limitées. Pensez à vous inscrire en renvoyant le bulletin à Francis Muller : francis.muller@pole-tourbieres.org

Programme et bulletin d’inscription ici.
Plus d’informations sur le site du Pôle relais tourbières, cliquez ici

31 janvier 2018
2018, en route pour...

... de grandes et belles aventures !!

Emplissez votre sagne intérieure de joie et faites la déborder de l’enthousiasme de vos projets .

Partager