Vous êtes ici » Accueil » Res’Eau Sol » 2014-2016 : La phase exploratoire

L’origine de la démarche

Le Rés’eau sol est le petit frère du Réseau SAGNE

Le Réseau SAGNE, consacré à la préservation des zones humides, a amené l’équipe de Rhizobiòme à se préoccuper des mouvements d’eau dans le sol.
L’idée est née en 2013-2014 d’orienter différemment l’action du Réseau SAGNE sur la partie plaine du Département du Tarn.

Dans la partie plaine du Tarn, si se préoccuper des zones humides est important, ce n’est pas pas la bonne porte d’entrée pour s’attaquer à la question de la ressource en eau, et de la régulation des écoulements. Il faut sur les secteurs de plaines très agricoles s’intéresser aux sols, et à la manière dont l’eau transite dans ces sols.

Des phénomènes de plus en plus importants d’érosion existent sur ces secteurs, entrainant perte de sol, de fertilité, et diminution de la capacité de rétention des eaux de pluie.

D’où la naissance du Rés’eau sol, préoccupé comme son grand frère le Réseau SAGNE par la ressource en eau.

A partir de 2014, l’Agence de l’Eau Adour Garonne, la Région Midi-Pyrénées et l’Europe décident de soutenir une action pilote sur les sols et c’est la naissance Rés’eau sol.

Le projet initial

Le projet du Rés’eau sol est de répondre efficacement aux enjeux du changement climatique en travaillant sur la résilience des territoires face au manque d’eau.

Il s’agit pour le Rés’eau sol de créer les conditions d’un meilleur partage de la connaissance scientifique et de savoir-faire techniques pour conserver des sols aptes à faire face aux aléas de plus en plus violents du changement climatique.

Les ambitions de départ sont :

  • de comprendre comment l’eau se comporte dans les sols,
  • de construire une réflexion collective à partir d’observations de terrain,

pour redonner aux professionnels les moyens de choisir les itinéraires techniques préservant des sols vivants.

Les objectifs

  • Créer un observatoire des mouvements d’eau dans les sols afin de faire le lien entre pratiques culturales et mouvements d’eau dans le sol. Les résultats obtenus permettront par la suite de tirer des enseignements utiles à la conception de pratiques de gestion favorables à la biodiversité et aux fonctionnalités hydrologiques des sols vivants.
  • Organiser des échanges de pratiques entre gestionnaires du Res’Eau Sol et du Réseau Sagne mais aussi avec d’autres groupes locaux pour confronter la réalité du terrain à la théorie et partager les expériences de chacun.

Les premières actions

Créer un "groupe pilote" de professionnels soucieux de la santé des sols

Il s’est agit au départ :

  • d’identifier un groupe d’une 12aine de personnes aux profils différents
  • d’identifier les attentes et préoccupation des participants sur les sols de leurs parcelles
  • d’établir les outils utiles pour répondre aux questions posées par les participants.


Créer les outils de mesures des paramètres de la santé des sols

  • Établir les protocoles d’observation et de suivi de la santé du sol
  • Créer des instruments simple de mesures au champ
  • Organiser régulièrement des journées d’observation et de relevés des résultats
  • Analyser et synthétiser les résultats

Partager une culture commune sur les sols :

Pour cela un cycle de 7 journées d’observation/formation a été organisé sur les thèmes suivants :

Introduction à la pédologie par Jacques THOMAS (SCOP SAGNE)
Le profil pédologique par Antoine DELAUNOIS (Chambre d’Agriculture du Tarn)
Les vers de terre par Marcel BOUCHE (INRA - CNRS)
La microbiologie des sols par Claude et Lydia BOURGUIGNON
Les mycorhizes par Sébastien ROY (Agronutrition)
L’agroecologie par Jean Pierre SARTHOU (ENSAT)
L’agroforesterie par Daniele ORI (AGROOF)

Créer des moments d’observation, d’échanges et de réflexions collectifs :

  • Mettre en place des journées d’échanges entre les gestionnaires pour qu’ils partagent leurs observations de terrain.
  • Organiser des journées d’échanges entre gestionnaires de Rés’Eau Sol et du Réseau Sagne
  • Organiser des journées d’échanges avec d’autres groupes locaux, notamment dans le cadre du programme Agr’eau.
  • Amener les membres du Réseau à participer à des journées thématiques sur le sol qui pourront aborder des sujets moins directement liés à l’eau mais permettant une meilleure compréhension de l’écosystème sol (fertilité, couverts végétaux, semis directs...)

Partager